micro-services : le buzzword de 2017

Les ¬ę¬†micro-services¬†¬Ľ, tout le monde en parler, certains les voient comme le couteau-suisse √† toutes les situations.

Apr√®s lecture d’articles √©crits par des personnes mieux ¬ę¬†autoris√©es¬†¬Ľ que moi, j’en tire la conclusion que les micro-services sont un style architecturale qui permet de g√©rer la complexit√© gr√Ęce √† une modularisation forte. Selon les mots de Martin Fowler : ¬ę¬†if you can keep your system simple enough to avoid the need for microservices: do¬ę¬†.
Sources :
MS benefits and costs by M.Fowler : int√©ressant de noter que la performance de l’appli n’entre nullement en compte dans les avantages/inconv√©nients !
global definition by M.Fowler

Reste √† d√©finir ce que l’on entend par ¬ę¬†complexit√©¬†¬Ľ…
Quelques repères :
– exemple fameux de mise en oeuvre des micro-services √† Uber dans le livre ¬ę¬†Production-Ready Microservices¬†¬Ľ par Susan J.Fowler.
¬ę¬†As the company grows, and the number of engineers is no longer in the single, double, or even triple digits¬†¬Ľ <= au niveau de la taille de l'√©quipe de dev, on se situerait donc au-dessus d'une centaine. Elle donne √©galement des exemples de sites ayant atteint les limites en scalibility de l'architecture monolith : "We‚Äôve seen this pattern emerge at companies like Amazon, Twitter, Netflix, eBay, and Uber: companies that run applications across not hundreds, but thousands, even hundreds of thousands of servers and whose applications have evolved into monoliths and hit scalability challenges.". Bref, √† lire ces articles de r√©f√©rence, j'en conclue que l'architecture "micro-services" est adapt√©e √† des applications √† tr√®s forts trafics, sur lesquelles travaillent des √©quipes d'une centaine de devs et plus.

Ce contenu a été publié dans architecture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *